je chemine avec nancy huston

 

Résumé éditeur :

« Je pourrais naturellement dire “je suis écrivaine”, ou “canadienne”, ou “française” ou “femme”, ou “vieille femme”, “du XXe siècle”, “athée”, je peux dégoter plein d’adjectifs ou de substantifs qui correspondent à ce que les gens considèrent comme une “identité”, mais je suis quelqu’un de très circonspect à l’égard de l’Identité. Alors j’aime répondre : “je suis mon chemin”, à la fois suivre et être, bien sûr. En fait nous sommes tous notre chemin, bien plus que nous ne le croyons ! Il se trouve que le mien a été multiple, avec des bifurcations, des tournants, des zigzags et des imprévus ; il m’a menée dans des endroits très différents. Par conséquent je suis plusieurs, et quand on est plusieurs ça ajoute un “mais” à toutes les identités. »

Nancy Huston ne serait peut-être jamais devenue l’écrivaine prolifique que nous connaissons si elle n’avait pas vécu ce « cadeau en mal » de la vie, à 6 ans, lorsque sa mère a quitté le foyer en laissant derrière elle ses trois enfants. À dater de cette rupture, la petite Nancy s’est réfugiée dans la compagnie de voix que l’on retrouve dans les personnages de ses romans.

Née au Canada, elle s’installe en France à l’âge de 20 ans, côtoie de grands intellectuels et publie ses premiers textes dans les revues féministes des années 1970, avant de s’ouvrir à toutes formes d’écriture : romans et essais, théâtre et livres jeunesse. Régulièrement primés, ses livres explorent avec finesse l’exil, la famille, le nihilisme, l’identité multiple et, surtout, les liens complexes qui unissent drames intimes et grande histoire.

★★★★★Que du bonheur !

Avis :

La littérature ne serait-telle pas la première des sciences humaines ?

À ceux qui se posent cette jolie question, je recommande la lecture de « Je chemine avec… Nancy Huston ».

Quand j’ai été sélectionnée pour devenir ambassadrice de la collection « Je chemine avec… Nancy Huston » sur Babelio, je ne pensais pas prendre un si grand plaisir dans cette lecture.

Voici, en effet, un sans-faute quand à la réussite de cette rencontre sincère et approfondie avec cette romancière franco-canadienne. Grâce un questionnement qui s’attache à la fois aux (petits) cailloux lumineux comme aux blocs de rocher posés en travers de son chemin de vie, grâce à une franchise rendue possible par l’immense intelligence de cœur de cette femme incroyable, ces 160 pages d’interview littéraire ont coulé avec délice sur moi.

Je comprends mieux mon coup de cœur pour « L’empreinte de l’ange » lu il y a quelques années.

Nous faire pénétrer dans l’antre créative, mais également dans l’intimité de cette femme d’exception tour à tour écrivaine-militante-linguiste-féministe-danseuse- artiste-ethno/sociologue de nos travers comme de nos forces… et j’en passe est un très beau cadeau des éditions du Seuil.

Adolescents, jeunes adultes, adultes déjà bien avancés sur la ligne du temps, nous avons tous besoin de savoir comment l’Autre dépasse, vit avec ses douleurs, comment un chemin de vie chaotique peut se trouver transcendé par le processus créatif.

Avec Nancy Huston, certaines thématiques reviennent souvent : le corps, la maternité, l’identité, la justice, l’équilibre social. Et l’on comprend alors de quelle manière la place particulière qu’elle donne au récit littéraire, avec son questionnement permanent, met le roman au cœur de nos vies jamais à court de POURQUOI ? et de COMMENT ?

Avec en bonus, une liste d’ouvrages et de personnes incontournables à lire d’urgence.

 

 

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram