Une gourmandise de Muriel BARBERY

Résumé éditeur

C’est le plus grand critique culinaire du monde, le Pape de la gastronomie, le Messie des agapes somptueuses. Demain, il va mourir. Il le sait et il n’en a cure : aux portes de la mort, il est en quête d’une saveur qui lui trotte dans le cœur, une saveur d’enfance ou d’adolescence, un mets originel et merveilleux dont il pressent qu’il vaut bien plus que tous ses festins de gourmet accompli.
Alors il se souvient. Silencieusement, parfois frénétiquement, il vogue au gré des méandres de sa mémoire gustative, il plonge dans les cocottes de son enfance, il en arpente les plages et les potagers, entre campagne et parfums, odeurs et saveurs, fragrances, fumets, gibiers, viandes, poissons et premiers alcools. Il se souvient – et il ne trouve pas. Pas encore.

★★☆☆☆ Bof ! Je n’ai pas vraiment apprécié ce livre.

Critique

Ce roman, série de courts chapitres, se voulait, comme son titre l’indique Une gourmandise dans la même veine que La première gorgée de bière ou de la grande Colette.
Hélas, je n’y ai pas trouvé l’ode à la vie épicurienne qu’on m’avait annoncée : aucun sens n’a été mis chez moi en éveil, ou si peu.
La faute à qui ?
Probablement à son style si souvent jargonneux.
L’auteur, à trop vouloir en faire, m’a très vite gavée.
Pour moi, la littérature, c’est comme la cuisine ; le « simple » me comble plus souvent que « l’alambiqué ».

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram