SAMUEL, LE PETIT T-REX QUI VOULAIT ÊTRE GENTIL de Julien Leclerc et Sandrine Massuger

Résumé éditeur :

Samuel le T-rex ne veut pas manger de viande et dort avec un doudou. Le spécialosaure recommande à ses parents de l’inscrire à l’école des herbivores, mais les autres enfants continuent d’avoir peur de lui. Heureusement, il fait la rencontre d’Imaya…

★★★★★ Que du bonheur !

Critique :

YAKABOOKS se bat pour rendre possible la lecture pour tous grâce à des livres au tarif unique de 2 euros. Parmi les 22 titres inscrits au catalogue, j’ai reçu en service presse « Samuel le petit t.rex qui voulait être gentil ». Ce dernier à l’avenir pourtant tout tracé de terrible tyrannosaure voit sa vie devenir de plus en plus problématique en raison de son aversion pour la viande et son repos nocturne impossible sans un doudou.

Un spécialosaure recommandera à ses parents (très inquiets) de le changer d’école pour celle des herbivores. Etait-ce une bonne idée ? vous le saurez en lisant cette histoire qui aborde de nombreuses questions tout à fait intéressantes à tous les âges, et plus encore quand on démarre en littérature et en sociabilité humaine :
– l’intégration et les relations sociales au sein d’un nouveau groupe
– la variabilité des régimes alimentaires
– le harcèlement scolaire
– la douleur d’être différent et la difficulté à se faire accepter

Entre l’album « Sophie, la vache musicienne » et « T-Végi. Le petit tyrannosaure dévoreur de légumes », ce mini album a tout pour plaire aux 5-7 ans. Le registre de langue se révèle juste un chouïa élevé pour de jeunes enfants de cette tranche d’âge (s’avérait/ra, se résignèrent, verdict sans appel, désarroi, inlassablement, …), mais on peut aussi adapter sa lecture comme je l’ai fait ou choisir des précoces (!).

Evidemment, je pourrais regretter la couverture souple et son petit format, mais pour 2 euros, il me semble que c’est tout à fait normal. D’autant plus que j’ai trouvé une parade à cette particularité en agrandissant les illustrations en A3 (colorées et expressives) et en les affichant au fur et à mesure de ma lecture. Dix enfants ont suivi ainsi avec (grande) joie cette histoire, et je ressortirai à coup sûr mes affiches à chacune de mes lectures collectives, réservant l’album pour les lectures individuelles, jusqu’à quatre enfants.

Mille mercis aux éditions @yakabooks pour l’envoi de ce Service Presse, mais surtout pour leur démarche d’accessibilité aux livres pour les plus petits budgets. En tant qu’enseignante en REP, je ne peux que trouver fort louable leur démarche.

 

 

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram