par accident d’harlan coben

Résumé éditeur :

Il y a quinze ans, la vie de Nap Dumas a basculé : son frère jumeau et la petite amie de celui-ci ont été retrouvés morts sur la voie ferrée. Double suicide d’amoureux ? Nap n’y a jamais cru.

Désormais flic, Nap voit ressurgir le passé : Rex, leur ami d’enfance, vient d’être sauvagement assassiné. Sur les lieux du crime, les empreintes d’une femme que Nap pensait disparue : Maura, son amour de jeunesse, dont il était sans nouvelles depuis quinze ans. Le choc est total pour le policier. Celle qu’il aimait serait-elle une dangereuse psychopathe ?

Où est Maura ?

Et s’il était le prochain sur sa liste ?

La vérité est proche. Si proche. Bien plus terrible et dangereuse que tout ce que Nap imagine…

★★★★★ Que du bonheur !

Critique :

Premier Harlan Coben.

Rédigé à la premier personne, ce livre d’enquête (« thriller » écrit sur la quatrième de couverture est un peu fort selon moi ) permet à Nap(oléon !) de résoudre le mystère sur la mort de son frère jumeau, quinze ans auparavant.

Devenu policier, aux méthodes borderline (les lecteurs adorent çà !), Nap voir ressurgir au milieu d’un crime des traces de son amour de jeunesse dont il était sans nouvelles depuis quinze ans.

Je ne dévoilerai rien, mais souhaite juste témoigner de l’agréable moment passé à dévorer cette histoire.

Évidemment, on est en plein dans le phénomène Page Turner, mais le texte, le rythme, l’écriture fluide (jamais mièvre – je déteste ça) contribuent au plaisir ressenti et à l’efficacité du propos.

Intrigue de qualité, actions sans cesse renouvelées, rebondissements inattendus, corrélations avec de vrais événements…
Il y a certes quelques poncifs, le trentenaire désabusé, le flic non conformiste qui ne se fait jamais pincer, et d’autres points que je ne spolierai pas, mais on est dans l’imaginaire, et on peut bien se laisser porter.
Je ne boude pas mon plaisir, je me suis régalée, et renouvellerai l’expérience avec cet auteur.
D’autant plus quand, comme ici, le texte est parsemé de réflexions intéressantes (sens de la vie, deuil…). Là, j’adhère à 100 %.

 

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram