Pactum salis d’Olivier BOURDEAUT

Résumé éditeur

Très improbable, cette amitié entre un paludier misanthrope, ex-Parisien installé près de Guérande, et un agent immobilier ambitieux, prêt à tout pour « réussir ». Le premier mène une vie quasi monacale, déconnecté avec bonheur de toute technologie, tandis que le second gare avec fierté sa Porsche devant les boîtes de nuit.

Liés à la fois par une promesse absurde et par une fascination réciproque, ils vont passer une semaine à tenter de s‘apprivoiser, au cœur des marais salants.

★★★★☆ Lecture agréable, fort plaisante.

Critique

Je ne vais pas revenir sur l’immense plaisir livresque ressenti à la lecture du premier roman d’Olivier BOURDEAU (En attendant Bojangles) qui m’a menée à Pactum salis, son deuxième livre.

Eh bien, non, je ne fais pas partie des déçu(e)s, assez nombreux sur les réseaux sociaux « littéraires » de ce « polar » fantaisiste, qui ne ressemble, c’est certain, en rien au précédent. Et heureusement, car on aurait dit de l’auteur qu’il ne savait pas se renouveler.

J’ai pourtant retrouvé le charme fou de son premier opus dans cette histoire d’une rencontre amicale entre un paludier misanthrope ex-parisien et un agent immobilier ambitieux, malhonnête, fêtard et jamais dénué de scrupules. Vous remarquerez que je ne parle pas d’amitié entre eux, mais plutôt de rencontre.

C’est pour moi, à nouveau, un sans-faute pour cet auteur aux charmes littéraires certains. J’ai adoré, cette fois aussi son style très travaillé, parfois poétique (descriptions des marais, ambiances…) et surtout son humour au vitriol. Personne n’en réchappe, ni les personnages toujours analysés avec une finesse remarquable et une psychologie jubilatoire, ni les quidams s’incluant dans le récit. L’auteur nous abreuve de figures de style sans en faire trop, et c’est un REGAL à lire.

Oui, Olivier BOURBEAU est un auteur que j’ai un immense plaisir à suivre, et qui cette fois encore me procure une grande joie de lectrice, car le style épouse le fond, tout va.

Avec ce regard dur et juste porté sur notre propre génération et société, il nous montre la volonté de certains de sortir du moule social, et le désir d’autres d’y plonger vaille que vaille. Pour Jean, le paludier, ce n’est pas un retour aux sources, mais un « aller-aux-sources » sorte de mise en relief par la poésie rugueuse d’un métier qui n’a pas changé depuis les temps romains.

Evidemment, certains passages sont rocambolesques et apporte une petite touche de folie à cette histoire qui m’a moins bouleversée que la forme prise pour nous la conter, mais cela n’ôte rien à la tonalité de mes ressentis.
L’amitié-rencontre est-elle réellement un pacte de sel ?

A vérifier avec cette lecture qui met à jour les excès humains, l’amitié mesquine, rivale, revancharde et forcément épineuse. Certains se reconnaitront peut-être, chez l’un, ou chez l’autre.

Vous comprendrez pourquoi je préfère le terme de « rencontre » plutôt qu’« amitié ».

A vous de juger.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram

4   24
2   25
4   33
3   40
5   48
1   47
5   41
1   37
1   51
2   59