les insectes rois de l’adaptation de luc passera

Résumé éditeur :

Si les insectes dominent le monde animal par leur nombre, c’est que ce sont les champions de l’adaptation dans tous les domaines.

La pression exercée par les prédateurs a fait apparaître de nombreuses évolutions qui assurent la sécurité des individus : se confondre avec l’environnement, se déguiser en un insecte venimeux, sécréter des substances amères ou toxiques qui vous rendent immangeable… Mais comment font-ils ?

La nécessité de la reproduction a également généré des stratégies de séduction très bien rodées comme les émissions sonores chez les grillons, lumineuses chez les vers luisants, ou encore la diffusion de phéromones aphrodisiaques chez les mouches et les papillons. Ces signaux lumineux ou odorants peuvent faire l’objet de tromperies et même de fake news. La possession d’une partenaire va d’une délicate cour amoureuse avec offrandes jusqu’à la brutalité de la punaise de lit. Tout est bon pour conquérir la femelle !

L’alimentation n’est pas en reste avec les incroyables mandibules des fourmis de l’enfer ou bien la digestion extra orale des moustiques, un ingénieux système qui s’active lors de la piqûre. Les carnivores construisent des pièges astucieux tandis que les herbivores et floricoles effectuent des migrations aériennes longues de milliers de kilomètres pour trouver l’herbe ou le nectar nourriciers.

Et comment faire face aux milieux inhospitaliers ? Pour supporter la neige et la glace, des mouches synthétisent un antigel. D’autres insectes résistent au passage d’une voiture sans être écrasés ou fabriquent leur propre lumière pour vivre dans l’obscurité des grottes. Certaines larves de mouches prospèrent dans les mares de pétrole ou les eaux sursalées des grands lacs américains.

★★★★★ Que du bonheur !

Avis :

Ils sont partout sur la planète, à l’exception des calottes glaciaires polaires, des plus hauts sommets du monde et des profondeurs marines.

Rien ne les rebute, car ils savent évoluer selon les milieux les plus inhospitaliers ou insolites qu’ils ont investis. Grâce à des adaptations morphologiques, physiologiques et comportementales, 1 milliard de milliards d’entre eux marchent, volent, nagent, sautent… autour de nous sans que nous y prêtions vraiment attention.

 » Ils représentent une masse 300 fois supérieure à celle de l’humanité « .
Pourtant, nous les ignorons jusqu’à ce qu’ils nous ennuient, dérangent nos existences.

Ce sont… Ce sont… Les insectes !

On en a décrit 1, 3 million d’espèces à ce jour et ils ne sont pas toujours de petite taille ( à partir de 0,2 mm) puisque certains mesurent jusqu’à 30 cm.

J’ai depuis toujours une passion pour ces petites bêtes à six pattes. Quelle joie alors de feuilleter et de lire le superbe album Les insectes rois de l’adaptation de l’entomologue Luc passera.

Plus de 140 pages passionnantes offrant en sept chapitres une somme impressionnante d’informations parsemées de photographies tout juste sublimes. Certes, le niveau de lecture est parfois élevé («  C’est un truisme de remarquer que… »), sans parler du contenu scientifique, mais, sans exagérer de ma part, IL est le livre sur les insectes que j’attendais.
Érudition, sérieux, humour, photographies magiques… telles sont les qualités premières de cet album.

Je recommande CEPENDANT de ne pas faire ce que j’ai fait, à savoir, le lire d’une traite (critique attendue oblige) mais plutôt de piocher – au gré du hasard – parmi les paragraphes aux titres amusants.

Si le style universitaire ne vous effraie pas, courez ou offrez ce sublime livre-album de grande qualité en tous points (à partir de quinze ans).
Parfois, il faut savoir faire un effort de lecture pour accéder à un monde merveilleux et unique.

Merci à Babelio et aux éditions Quae, je ne suis pas prête de lâcher le monde des insectes grâce à vous.

 

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Instagram