Le feu dans la nature de Daniel ALEXANDRIAN

Résumé éditeur

Le feu ?
Une catastrophe écologique ? Botaniste, ornithologue, sociologue, forestiers, pompiers… sont réunis ici pour faire le point sur les relations entre les milieux méditerranéens et le feu. La place de l’imaginaire, les impacts écologiques, l’importance de la lutte et la conduite d’une forêt tolérante au feu y sont présentés par des textes clairs et abondamment illustrés.

★★★★☆ Lecture agréable, fort plaisante.

Critique

Le feu n’est pas un sujet facile compte tenu de sa charge affective et des peurs qu’il réveille dans notre inconscient. L’association des Ecologistes de l’Euzières a pourtant eu le courage d’aller à l’encontre des pensées actuelles sur la question dans un petit livre-documentaire qui se nomme : le feu dans la nature, mythe et réalité.
J’ai, pour ma part, trouvé saugrenue leur question posée en postulat de départ, et c’est la raison pour laquelle j’ai souhaité lire leur livre : le feu est-il réellement une catastrophe écologique ?
Les images d’hectares grillés sous le soleil de juillet et d’août que la télévision nous renvoient a toujours de quoi affoler les homo sapiens dont je fais partie.

« Car le feu qui me brûle est aussi celui qui m’éclaire » (La Boétie) ont répondu les nombreux spécialistes ( botaniste, ornithologue, sociologue, forestier, pompier…..) questionnés par Les Ecologistes de l’Euzières.
A charge pour eux de faire le point sur les relations entre les milieux méditerranéens et le feu. Pour les y aider, les connaissances accumulées sur la question depuis trente ans sont les informations (objectives) qui appuient leur exposé. Certains avis sont surprenants, choquants même, et pourtant ils sont toujours dénués de parti pris.
Signalons cependant que, déjà, de nombreux pays ont acquis des connaissances très progressistes par rapport aux nôtres sur la question (Canada, Fenno-Scandinavie, tous grands pays de forêts) ; les incendies présenteraient, selon eux, un caractère dynamique dans le fonctionnement de la nature et la construction des paysages.

La place de l’imaginaire, les impacts écologiques, l’importance de la lutte contre les incendies dans la nature, la mise en place d’une forêt tolérante au feu y sont analysés dans quatre chapitres techniques et bien illustrés. Entre le phénomène physico-chimique, l’histoire sociologique du feu, l’évolution des techniques du feu maîtrisé et la dynamique post – incendie, le sujet est traité avec profondeur.
Même si j’ai trouvé certains chapitres un peu trop scientifiques à mon goût (ou plutôt à mon niveau), j’y ai appris quantité d’informations.
Comme par exemple….en vrac…
Que…..
– le feu a pour effet de rajeunir les écosystèmes
– le feu libère les sels minéraux stockés dans les êtres vivants brûlés (beurk !) permettant ainsi des reprises de croissance et de production
– le feu est un outil pour l’homme comme instrument d’aménagement et de conservation des milieux agricoles
– la réponse de la végétation aux incendies est étonnante : dans le sud de la France, il faut cinq ans pour un retour vers le stade semblable à celui qui existait avant l’incendie
– une communauté de végétaux incendiée se rétablit grâce à ses organes de survie ( rhizomes, souches, bulbes, graines….)
– les plantes méditerranéennes ont une grande tolérance au feu, héritage des vicissitudes du passé ; certaines ont même pour amis le feu et les moutons !
– la mortalité des oiseaux et des mammifères serait assez faible au cours des incendies (hormis les tortues terrestres)
– les effets de la suppression totale des troncs brûlés sont plus négatifs pour la faune que les effets du feu lui-même
– pour maintenir des espaces ouverts, s’en remettre au feu dirigé pourrait être une solution
Etc…….
Dans la troisième partie de l’ouvrage, le métier du sapeur – pompier y est conté, et on y apprend aussi ce que sont les Comités Communaux Feux de Forêt, les forestiers – sapeurs….. avec en prime une analyse des origines des feux.
De nombreuses photographies, schémas, diagrammes illustrent le texte.
Pour conclure, je dirai que pour cet ouvrage, un gros effort de vulgarisation a été mené, mais qu’il faut le poursuivre si les Ecologistes de l’Euzières souhaitent diffuser à plus large échelle cette publication. Pour l’instant, il est surtout destiné aux personnes ayant un bon bagage scientifique.

 

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram

1   15
1   13
0   15
0   25
4   24
0   16
1   12
0   11
0   9
0   7