La véritable histoire du chat botté et du chat Marcel de Benjamin PERRIER et Jules

Résumé éditeur

Connais-tu l’histoire du Chat Botté ? Oui, bien sûr ! Sais-tu que le Chat Botté a un cousin, Marcel ? Un bon gros chat qui passe ses journées à faire la sieste !

Il dort beaucoup, certes, mais quand il se réveille, je t’assure qu’il est capable de tous les exploits…

★★★★★ Que du bonheur !

Critique

Voici une histoire du Chat botté qui démarre à la PERRAULT, c’est-à-dire dans sa version classique, avec une belle campagne bleutée et un joli moulin en son milieu, sans oublier le meunier en fin de vie léguant à ses trois rejetons de sexe masculin ses trésors, à savoir, un moulin, un âne et un chat.

Jusque-là rien de bien sensationnel, me direz-vous, et vous avez bien raison, sauf que déjà le décor campagnard n’est teinté que d’un bleu tendre et de quelques lignes noires. Tiens, tiens, ce sont des graphismes qui colorent les espaces et dès la première page, mes doigts, très excités, n’avaient de cesse de se saisir de mes crayons (bleu et noir !) pour reproduire chat, moulin, fils et bien sûr la jolie nature. Les tracés de Jules sont fins et délicieux et ne peuvent qu’inviter à la création le tout un chacun(e), surtout à cinq ans.

Un petit air désinvolte se dégageant dès le début de la lecture, c’est sans surprise donc que j’ai découvert que le Chat Botté avait un cousin prénommé Marcel. Avec ce prénom un peu désuet aujourd’hui pour un conte enfantin modernisé (que les tous les Marcel de la Terre me pardonnent, je n’ai moi-même pas un prénom des plus modernes malgré mon très jeune âge), rien d’étonnant à ce qu’il soit un « bon gros matou fainéant qui venait souvent faire la sieste près du moulin ».

Ce dernier, très discret (forcément), et bien que muni d’une pelure beaucoup moins soyeuse que son cousin (dont on ne connaîtra d’ailleurs jamais le petit nom) se révèlera être involontairement à l’origine des réussites-clefs et autres bravoures du Chat Botté. Un héros très discret en somme.

Alternant langage d’un bon niveau lexical et des phrases bien structurées, et intéressantes grammaticalement parlant, avec des dialogues courts mais incisifs, ce récit a été lu plusieurs fois par mes yeux charmés. L’humour et les dessins font de ce conte décalé un album des plus réjouissants.

Merci aux éditions pour cette lecture qui rétablit enfin la vérité après des siècles de mensonge. Je ne doute pas que les jeunes écouteurs d’histoires en profiteront pour chercher d’autres héros cachés dans l’anonymat malgré leur courage.

Mais combien de Marcel cela concerne-t-il ? Je ne le sais pas.

 

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram

3   21
1   16
0   15
0   26
4   24
0   16
1   12
0   12
0   9
0   7