Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

La langue et le couteau de Jeong-hyun KWON

Résumé éditeur :

Le couteau n’ôte pas la vie, il se fait obéir !
Le couteau, c’est le sabre, celui de Yamada Otozô, commandant en chef de l’armée d’occupation japonaise en Mandchourie en 1945, face à l’armée russe tapie comme un ours dans la neige.
La langue, c’est le goût de la cuisine porté à son paroxysme comme une œuvre d’art par Chen, cuisinier génial et révolutionnaire chinois dont le champ de bataille est un simple billot de bois.
Entre l’officier gourmet et le cuisinier rebelle, une lutte à mort s’engage dont la clé est l’art de préparer les plats. Car il y a d’autres manières de faire la guerre qu’avec des fusils et des sabres.
Ruses, périls et gourmandise sont au menu de ce roman palpitant dont l’héroïne est la cuisine.

★★★★☆ Lecture agréable, fort plaisante.

Critique :

En 1906, fut créée l’armée du Guandong, groupe d’armées de l’armée impériale japonaise qui prit le nom de la péninsule du Guandong, en Mandchourie, où elle était basée. Elle devint le groupe d’armées le plus important et le plus prestigieux de l’armée impériale jusqu’à l’arrivée des troupes soviétiques.

Chine, Mandchourie, 1945… alors que le monde extérieur s’effondre autour d’eux, ces mêmes occupants japonais ne se laissent pas sombrer dans le désespoir tant que leur palais chinois reste intact. Attention, le roman démarre en nous offrant personnages fictifs et d’autres qui ont réellement existé.

Entre le général Otozô incapable de remettre sur pied son armée, Puyi l’empereur déchu d’un état fantoche, Shigeo l’aide de camp serviable, les révolutionnaires chinois et coréens épris de vengeance et Chen le cuisinier tombé du ciel, seule la nourriture autour d’un vieux billot et d’un fourneau vengeur va réunir ces vivants en ces temps de fin de colonisation et de débâcle.

Au plus proche de l’histoire du Japon et de sa folie conquérante, ce récit de la solennité de l’uniforme et de la rigidité morale nous fait pénétrer dans un univers militaire inattendu. Je remercie Babelio pour ce voyage dans un autre temps et d’autres cultures qui, elles aussi grincent quand elles s’entrechoquent.

Merci aussi aux éditions Picquier (que j’adore !) pour ce roman choral historique original, très bien écrit et documenté juste ce qu’il faut. Il nous montre parfaitement de quelles manières  » la Mandchourie ne montre pas son vrai visage ; elle s’enfonce, souffre dans ses blessures et y reste blottie très profondément « .

Dans un texte captivant qui sait raconter les terres humiliées dont on ne parle pas ou plus, chinois, japonais, coréen, officier, cuisinier, soldat, prostituée… chacun prend place en fonction de son histoire, de son grade et tente de mettre du sens à son existence en allant au bout de son destin. La plume de Jeong-hyun Kwon est aussi fluide que percutante selon ce qu’elle a à nous raconter, à nous nous faire sentir.
L’auteur a ce génie de l’écriture qui pique le détail, décale le regard et nous séduit jusqu’à l’émotion.

Certains personnages pensent que « c’est quand l’être humain mâche qu’il est le plus vivant, le plus sincère. » Gare donc aux « maudits » japonais qui auraient dû se contenter de manger et de se faire plaisir plutôt que de critiquer la cuisine chinoise. « Ils paieront le prix, et leurs langues les premières. Leur fin est proche. » Le duel qui se joue ici entre couteaux et ingrédients reflète celui qui se joue entre pays occupé et pays envahisseur.

En ces terribles temps de guerre et de colonisation, « manger est un acte permettant d’atteindre la seule beauté à laquelle les humains peuvent prétendre. » Tout à la fois éloge de la cuisine et dénonciation de l’impérialisme japonais mais également des communistes (« des barbares qui s’amusent à baratiner les paysans ignorants avec des mensonges pervers et dont la philosophie insensée entache la beauté de leur culture »), ce roman dur, mais vrai et intelligent est une parfaite dénonciation des folies politiques de tous genres.

À travers la métaphore de la cuisine et avec elle de la culture propre à chaque paysan à chaque région, c’est un brûlot sans concession contre la guerre.

Quand les mots se mélangent au fourneau et au billot, quand les cicatrices sur les mains des cuisiniers annoncent la volonté des hommes de s’affranchir, la littérature peut devenir une arme pour notre plus grand plaisir.

 

 

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *