La cerise sur le gâteau de Aurélie VALOGNES

Résumé éditeur

La vie est mal faite : à 35 ans, on n’a le temps de rien, à 65, on a du temps, mais encore faut-il savoir quoi en faire.
Bernard et Brigitte, couple solide depuis 37 ans, en savent quelque chose.
Depuis qu’elle a cessé de travailler, Brigitte profite de sa liberté retrouvée et de ses petits-enfants. Pour elle, ce n’est que du bonheur. Jusqu’au drame : la retraite de son mari !
Car, pour Bernard, troquer ses costumes contre des pantoufles, hors de question. Cet hyperactif bougon ne voit vraiment pas de quoi se réjouir. Prêt à tout pour trouver un nouveau sens à sa vie, il en fait voir de toutes les couleurs à son entourage !
Ajoutez à cela des enfants au bord de la crise de nerfs, des petits-enfants infatigables, et surtout des voisins insupportables qui leur polluent le quotidien.
Et si la retraite n’était pas un long fleuve tranquille ?
Un cocktail explosif pour une comédie irrésistible et inspirante.

★★★★☆ Lecture agréable, fort plaisante

VEILLER AU GRAIN
Dans la langue française, il ne faut pas prendre toutes les expressions au pied de la lettre.

ETRE LEGION
Aurélie Valognes aime les expressions françaises, et s’en sert allègrement pour titrer ses romans, et pour nommer ses chapitres.

L’ERREUR EST HUMAINE
J’apprécie moi aussi leur usage dans mon langage de tous les jours ; elles nous aident ainsi à imager nos idées, à les colorer d’une pointe d’humour qui ne peut que faciliter la compréhension de ce que l’on dit.

IL NE FAUT JAMAIS DIRE : FONTAINE, JE NE BOIRAI PAS DE TON EAU
Pourtant « Mémé dans les orties », « En voiture Simone ! » et les autres succès de cette jeune auteure m’avaient laissée indifférente, je n’étais pas du tout attirée par ces lectures, les ayant à tort cataloguées FEEL GOOD, genre littéraire qui ne me plaît pas.

ETRE DANS LES PETITS PAPIERS DE QUELQU’UN
C’était sans compter avec l’ingéniosité du hasard et les avantages de la prise de risque : je fus, le 5 mars dernier, invitée par BABELIO à rencontrer Aurélie Valognes à l’occasion de la sortie (le lendemain) de « La cerise sur le gâteau« .
Comment aurais-je pu refuser ? « Curieuse » de nature que je suis.
Il me fallait pour cela m’acquitter de la lecture de son roman éponyme, en préambule.

SANS TAMBOUR, NI TROMPETTE
Je n’ai pas pu m’empêcher de poser cette question.Au cours de la soirée, c’est avec intelligence, simplicité et don de soi, que cette auteure, en délicate écrivaine qui parle très peu d’elle et beaucoup des autres, a expliqué le lien entre son grand-père et l’usage fourni qu’elle fait des expressions françaises. Elle a aussi raconté la place de sa famille et de son cercle rapproché dans son inspiration romanesque.

Ainsi, pudeur et sensibilité ont été au cœur des échanges, pendant que pointait malgré tout un peu de malice aussi, et juste ce qu’il faut d’énergie féminine, preuve de sa volonté de faire passer des messages dans ses écrits.

AVOIR DES YEUX DE LYNX
Dans son roman que j’ai (curieusement-finalement) beaucoup apprécié, chacun des personnages de La cerise sur le gâteau a été, à mon grand étonnement, finement dessiné, analysé… pouvant ainsi évoluer tout au cours de l’histoire avec une délicate précision à laquelle je ne m’attendais pas, et qui m’a beaucoup plu.
Le tout fut servi par une plume vibrante et travaillée (si, si). Là où je craignais tomber dans la lourdeur et dans le pathos (toujours le préjugé du FEEL GOOD ), j’ai relevé un juste équilibre entre les caractères des personnages, le rythme enlevé du récit, et les messages écolo à faire passer.

PRENDRE SON PIED
Cette lecture fut donc un vrai moment de plaisir livresque.
Oui Aurélie Valognes a une façon de raconter le monde qui nous entoure bien à elle, et maintenant, je sais que j’aime ça !
Vivre mieux avec moins, décélérer son rythme de vie au quotidien pour découvrir l’essentiel, entre  » impossibilités et champ des possibles « , c’est ce que Bernard-le-sexagénaire-retraité-contre-son-gré nous narre. Tous les autres personnages sont parfaitement racontés (ah … délicieuse Brigitte !). Je les ai tous adorés.

RIGOLER COMME UN BOSSU
Grâce à la portée  écolo de son roman, sa jolie écriture, ses dialogues envolés et étonnamment vivants, ses situations amusantes, ses personnages inoubliables, les valeurs humaines transmises, et ce que j’y ai appris (le septième continent par exemple), ce texte assez jubilatoire, dans lequel l’humour s’immisce partout, laisse cependant transparaître à chaque instant l’humilité et la simplicité que j’ai ressenties chez Aurélie Valognes, lors de la soirée BABELIO.

TROUVER SON CHEMIN DE DAMAS Ce roman donne confiance dans la vie, dans la nature humaine et CERISE SUR LE GATEAU il est une ode à l’écologie dont chacun chacune peut se saisir dorénavant.

LA BALLE EST DANS MON CAMP
Reste, en ce qui me concerne à rattraper le temps perdu. Les yeux émerveillés des autres invités qui avaient lu tous les « Aurélie-Valognes-à-la-couverture-vintage » me laissant penser que décidément je suis passée à côté de quelque chose.

LA CRITIQUE EST AISEE, MAIS L’ART DIFFICILE.
Quatre romans aux couvertures vintage m’attendent. J’ai bien cru comprendre qu’ils seront DE LA MEME VEINE.
Merci à BABELIO (que ferais-je sans vous ?) pour l’opportunité de cette double découverte littéraire (auteure et publication) qui m’a été offerte.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram

4   24
2   25
4   33
3   40
5   48
1   47
5   41
1   37
1   51
2   59