L ancre des rêves de Gaëlle NOHANT

Résumé éditeur

Dis donc, gamin, on t’a pas appris qu’ c’était pas poli de zieuter comme ça ? J’aime pas les malins.
Fais bien attention à toi. Les morts marchent, ce soir. Fais bien attention à toi.

Un long frisson le frigorifia comme une bourrasque giflant un corps trempé. Les morts marchent, ce soir. Une comptine dont il avait perdu le souvenir lui traversa la tête.
« Faut boire à la santé des gars Qui sont coulés, au fond, en tas. »

Dans un petit village de la côte bretonne, chaque nuit, les enfants Guérindel, Benoît, Lunaire, Guinoux et le petit Samson, sont en proie à des cauchemars terrifiants qu’ils taisent à leurs parents…
Enogat, leur mère, a toujours interdit à ses quatre fils d’approcher le bord de l’eau. Est-ce seulement pour les protéger des dangers de la nature ? Ou d’une autre menace qui ne dit pas son nom ?
Entre conte fantastique et roman d’initiation, L’Ancre des rêves sonde le mystère des peurs d’enfant.

★★★☆☆ J’ai un peu aimé.

Critique

 » Les rêves sont nous, parce qu’ils nous parlent de nos désirs et de nos peurs.  »
Comment faire quand nos nuits sont traversées de part en part par des mondes souterrains violents et pénétrants ?
Force est de constater que certains détails ramenés de nos cauchemars parviennent à rendre fous de douleur par le biais d’une filiation d’angoisses et de non-dits nos existences délicates. C’est ce qui constitue les existences de quatre frères aux noms improbables : Guerindel, Benoît, Lunaire et Samson dans ce roman singulier qui prend pour décor la côte bretonne actuelle.

Entre récit fantastique et enquête, entre roman intimiste et conte initiatique, il y est avant tout question de démons et d’êtres innocents bloqués dans leur développement. Le récit de Gaëlle Nohant, comme son titre l’indique, navigue donc entre réalité et rêves, et j’ai mis près d’une centaine de pages à rentrer dans l’histoire tant j’ai trouvé certains passages longs.

Mais le rythme particulier voulu par son auteur peu à peu m’a pénétrée et il faut bien reconnaître que l’énigme de cette famille atypique m’a touchée, émue même. J’ai donc apprécié ce roman aux effluves d’embruns et de gros sel, parce qu’il m’a emportée bien plus loin que je ne le pensais. Au delà des rêves …. ceux des personnages et ceux du lecteur.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram

4   24
2   25
4   33
3   40
5   48
1   47
5   41
1   37
1   51
2   59