Harry Potter et l’enfant maudit de J. THORNE J.K ROWLING et J.TIFFANY

Résumé éditeur

D’après une nouvelle histoire originale de J.K. Rowling, John Tiffany et Jack Thorne, la nouvelle pièce de théâtre de Jack Thorne, « Harry Potter et l’Enfant Maudit » est la huitième histoire de la saga Harry Potter et la première histoire de Harry Potter officiellement destinée à la scène. La première mondiale de la pièce aura lieu à Londres dans un théâtre du West End le 30 juillet 2016.

Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du Ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

★★☆☆☆ Bof ! Je n’ai pas vraiment apprécié ce livre.

Critique

Je voulais opérer une forme de résistance toute personnelle à la grande machine commerciale de Madame J.K. Rowling autour de son premier personnage fétiche, le sympathique orphelin lunetteux sorcier Harry Potter.
Je lui avais déjà laissé suffisamment d’argent entre les 7 livres, en poche, pas poche, les DVD et autres livres déclinés.
Son retour m’a donc agacée, car j’avais décidé que l’époque d’Harry était close. Je ne voulais pas l’acheter, ni le lire.

Pourtant, une amie me le fit passer en ebook.
Bon pourquoi pas…. mais le transfert échoua. Etait-ce un signe ?
Puis, quelques semaines après, c’était sans compter un réflexe myopathique indépendant de ma volonté, quand, chez une collègue (qui devait pourtant encore manger des petits pots à la sortie d’Harry Potter à l’école des sorciers) mon bras droit s’est porté spontanément vers l’opus doré. Là posé sur la table du salon.

Le geste (archaïque ? ) fut accompagné d’un  » tu l’as lu ? Alors, il est comment Harry ? ».
Emballé, pesé. … et c’était reparti pour Harry, Ron, Hermione et toute la clique.
Oubliées les résolutions anti-commerciales pour le coup. Le p’tit sorcier devenu grand était toujours dans mon cœur.
Sauf qu’il avait sacrément changé, Harry !

Devenir parent c’est facile pour personne. Même Harry Potter trinque avec un de ses ados (ça me rassure un peu). Hélas, cette nouvelle configuration familiale donne lieu à quelques réflexions philosophico-éducatives d’une banalité à couper le souffle. J’avais les cheveux hérissés au dessus de mon crâne devant tant de lieux communs, platitudes existentielles auxquelles Rowling ne nous avait (heureusement) pas habituées .
Même si JK Rowling et ses coauteurs savent conduire leur histoire ; cette dernière a un sacré goût de déjà vu.

De plus, cet Harry Potter est devenu un père maladroit, gauche, désagréable parfois, à tel point que je me suis demandée si c’était bien le même personnage que celui qu’on avait suivi pendant la longue saga ?
Franchement, j’en doute.
Avec la difficulté ajoutée de suivre cet épisode ensorcelé sous forme de pièce de théâtre, je dirais, à l’issue de cette lecture, qu’elle ne m’a pas satisfaite du tout, qu’elle m’a agacée. L’atmosphère ne m’a pas touchée. La fiction se perd assez rapidement dans des profils psychologiques pour des personnages qui se rapprochent parfois de la caricature, réduits à des réflexions simplistes au gré de situations incongrues (l’entente presque cordiale entre Harry et Drago par exemple).

Enfin, ce qui a fini par m’horripiler ce sont les éternelles trépidations entre les allers et les retours, entre hier et aujourd’hui, ainsi que ces constants contacts avec les disparus, comme on avait déjà pu en observer dans d’autres livres de la saga.
Cette impossibilité à faire son deuil avec ceux qu’on a aimés, et la nostalgie mielleuse qui en découle, ont eu raison de ma patience.
Ne subsiste au final qu’une unique question : qu’est devenu le talent de Rowling ?

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram